Les 12 symboles les plus connus du Japon

Le drapeau

Le Japon étant considéré comme le pays du soleil levant, le rond rouge de son drapeau est le symbole du soleil.

Les geishas

Sujets de multiples œuvres à travers le monde, les geishas sont les plus grands symboles féminins du Japon.

Les sumotoris

Répondant à de nombreuses obligations et acceptant une vie faite d’entrainements, de prières et de rituels, les sumos sont considérés comme des demi-dieux au Japon.

Les sushis

Devenus de véritables symboles de la gastronomie japonaise, les sushis sont aujourd’hui un met que l’on déguste dans le monde entier.

Les temples bouddhistes

Pays de tradition et de religion, le Japon a su préserver et mettre en valeur ses temples, sanctuaires et châteaux, dont nombre sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le Mont Fuji

Véritable lieu de culte et de pèlerinage, le Mont Fuji est aussi une source formidable d’inspiration pour les artistes du pays et d’ailleurs.

Les cerisiers japonais

Emblème du Japon depuis toujours, le Sakura (cerisier japonais) est le symbole de la beauté éphémère. Sa floraison, qui a lieu de fin mars à mi-mai, donne lieu à de nombreux festivals (Hanami) dans le pays.

Les samouraïs

Les samouraïs ont dirigé le Japon pendant toute la période féodal (soit près de 700 ans !). Il est dit que l’âme du samouraï est son épée, et qu’elle doit mourir au combat.

Les bonzaïs

Ces arbres sont miniaturisés par des techniques très spécifiques, dont la maitrise est considérée comme un art à part entière depuis 1934.

Jardin zen

Composés de sable, de rocher, de gravier, de mousse et très peu d’autres plantes, les jardins zen sont synonymes de détente au Japon. L’eau ne pouvant y être utilisée, on la simule en dessinant des vagues sur le sable.

Les carpes Koï

Symbole d’amour et de virilité, la carpe KoÏ existe dans de nombreux coloris. Certaines espèces peuvent vivre jusqu’à la cinquantaine, c’est pourquoi ces carpes représentent la force et la persévérance.

Les mangas

Le manga est un petit livre illustré par un dessinateur nommé « mangaka ». Si un manga ne rencontre aucun succès de la part du public, il se peut que la fin de l’histoire ne soit jamais publiée.