Skip links

Le hanbok, habit traditionnel coréen

A l'heure coréenne /

Dans le quartier historique de Séoul, Insadong, il n’est pas rare de voir des touristes ou de jeunes Séoulites déambuler en hanbok, habit traditionnel coréen, qu’ils ont loué pour la journée. Couleurs flamboyantes, formes somptueuses, ce vêtement a su traverser l’histoire, devenant un emblème de la Corée.

Un habit traditionnel datant de plusieurs milliers d’années

L’histoire du hanbok remonte à la période des Trois Royaumes, à partir de 18 avant Jésus Christ. Composé d’une veste (« Jeogori ») et d’un pantalon (« baji ») pour les hommes et d’une veste et d’une jupe (« chima ») pour les femmes, sa forme amble était adaptée à la condition nomade et cavalière du peuple coréen. Comme pour le hanbok que l’on connait aujourd’hui, la couleur du haut était toujours différente de celle du bas et les motifs utilisés étaient des lignes simples.

Durant la Dynastie de Goryeo, de 918 à 1392, le hanbok s’est sophistiqué. Le peuple Coréen était alors bouddhiste et sous l’influence chinoise et mongole. Les couleurs étaient vives et la jupe des femmes se portait très haut au niveau de la poitrine, nouée par des rubans

Le reflet des valeurs du confucianisme

En 1392, la Dynastie de Goryeo est renversée ; le bouddhisme est remplacé par le néoconfucianisme. Le pays est renommé Joseon et une nouvelle forme de hanbok est apparu, respectant des codes vestimentaires plus conformistes.

La jupe des femmes, très large, permettait de masquer les formes. Les accessoires étaient plus rares qu’à l’époque bouddhiste : les femmes attachaient simplement un nœud fait de broderies et de pierres semi-précieuses (souvent de jade) sur le devant de la jupe et des pics dans leurs cheveux afin de maintenir le chignon.

Le hanbok était porté en adéquation avec le rang social des individus. Les couleurs vives étaient réservées aux dirigeants, tandis que la couleur portée par le peuple était majoritairement le blanc. Dans les classes les plus hautes de la société, on retrouvait sur le hanbok des symboles tels que le dragon, le feu et le tigre.

Un esthétisme traditionnel qui plait encore aujourd’hui

Les Coréens portent aujourd’hui le hanbok à chaque grande occasion : premier anniversaire d’un enfant, mariage… En 1996, le ministère sud-coréen de la culture, des sports et du tourisme a même créé le « Hanbok Day » pour encourager les citoyens à porter le vêtement traditionnel.

Le port du hanbok est également une marque de respect envers les ainés, valeur à laquelle les Coréens sont toujours très attachés. Ainsi, les enfants le portent au nouvel an pour se prosterner devant leurs parents, ainsi qu’à l’occasion de la fête organisée pour leur parents pour leur 61e anniversaire, afin de leur souhaiter longévité et santé.

Le hanbok s’est même exporté jusqu’en Occident grâce au phénomène « K-Pop ». Les membres des groupes BTS et Blackpink sont apparus dans leurs clips vidéos dans des versions modernisées du hanbok. Le mot « hanbok » est désormais très recherché sur Internet et de plus en plus de jeunes occidentaux souhaitent se procurer le hanbok porté par leurs idoles.

Back to top Back to top