Les différents thés japonais

Il existe différents thés au Japon, au-delà du traditionnel thé matcha. Chacun a sa particularité et ses bienfaits propres. Il faut savoir que 99% du thé produit au Japon est du thé vert.

Le thé sencha

C’est le plus répandu (70% de la production). Produit sur tout le territoire, il en existe de toutes les qualités, du bon marché au plus luxueux. Il en existe deux sortes :

Le Futsu-Mushi Sencha est jaune-vert, plutôt clair et a un goût parfumé et subtil. Il est étuvé pendant environ 30 secondes.

Le Fuka-Mushi Sencha est plus vert et profond et il a un goût prononcé mais moins parfumé. Il est, lui, étuvé jusqu’à 2 minutes.

Le thé Gyokuro

C’est un thé de luxe, plutôt cher. Il ne représente qu’à peine 1% de la production de thé japonais et est cultivé uniquement autour de Kyoto et Fukuoka. Pendant les 20 derniers jours de culture, il est couvert pour être à l’ombre, ce qui lui donne un goût très particulier, beaucoup plus doux. Il doit être bu en petite quantité et infusé correctement pour dévoiler sa saveur forte, douceâtre et complexe.

Le thé Kabuse-Cha

Comme le Gyokuro, c’est un thé de culture ombré, mais pendant seulement 10 jours. C’est donc un thé de moyenne gamme, qui se situe juste entre le Sencha et le Gyokuro. Il est cultivé un peu partout au Japon, mais surtout dans la région de Mie.

Le thé Tamaroyku-cha

Ce nom regroupe deux thés différents :

Le premier est le Kama-Iri Cha, un thé très ancien et aujourd’hui plutôt rare qui a un goût très léger et rafraichissant.

Le second est le Guri-Cha, qui ressemble beaucoup au Sencha, mis à part que ses feuilles ne sont pas formées en aiguilles mais plutôt torsadées.

Le thé matcha

Il s’agit du célèbre thé japonais en poudre utilisé lors de la cérémonie du thé. Le thé Matcha est fabriqué en écrasant des feuilles de thé Tencha, un autre thé de culture ombré. Il est cultivé au Japon depuis qu’il a été ramené de Chine en 1191.